UN FILM D’UNE GRANDE RICHESSE

  • Une histoire humaine qui surmonte les épreuves
  • Un documentaire fiction pour répondre à une intention didactique.
  • Un voyage dans la culture mystique africaine
  • Une réalisation ambitieuse et originale. Deux cultures cinématographiques pour un seul film !

C’est une histoire qui commence très mal mais se finit bien.  Surmonter à la fois une enfance faite de maltraitance et se désintoxiquer seul d’une addiction à la drogue dure est suffisamment digne d’intérêt pour que l’on écoute ce témoignage. 

Le choix du documentaire fiction s’est imposé de lui-même. Cela permet d’utiliser la fonction « avant-après » qui rend la pédagogie du film évidente.  Angelo a réussi sa vie et nous explique au temps présent – en France – comment son chemin pour y parvenir fût long et douloureux. Il nous transporte alors au Bénin pour y revivre tous ces évènements.  

Amputer le film de la dimension mystique propre à l’Afrique serait une grave erreur. Tout à la fois source de peur mais capable d’insuffler une énergie considérable. L’occidental s’y instruira et l’africain retrouvera la profondeur de sa culture.   

Cette réalisation est une magnifique occasion de laisser s’exprimer deux formes de cinéma. La partie se déroulant au Bénin sera entièrement tournée par une équipe technique et artistique béninoise. Dirigée par Claude Balogoun, un des hommes forts du cinéma béninois.

Une place de choix sera réservée à une femme, Kismath Baguiri, qui sera assistante de réalisation. Acquise à la cause des femmes maltraitées son film « Suru » traite de ce sujet.

La partie française sera tournée par une équipe sarthoise, et les femmes auront toutes leur place aussi.

Un métissage cinématographique qui porte un message fort. Chacun apporte sa richesse et sa vision de la création artistique audio-visuelle.